De Saint Rémy de Provence à Mondragon, en passant par Aix et Lyon
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 BRESSE - BUGEY - La vouivre de Jasseron

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Led
Admin
avatar

Messages : 332
Date d'inscription : 01/11/2011

MessageSujet: BRESSE - BUGEY - La vouivre de Jasseron   Ven 14 Nov - 23:44

La Vouivre de Jasseron

Il faisait froid ; la nuit recouvrait le pays que traversait une bise sifflante. Autour de la cheminée, où la vaste marmite, suspendue au-dessus de la flamme, laissait exhaler une délicieuse odeur de gaudes, des enfants écoutaient leur grand-père raconter des histoires de la vouivre de Jasseron, qu'il récitait volontiers.
Cette légende remontait fort loin dans le temps, à une époque où la "vouivre", ou fée serpent, dormait près des fontaines...

Or, à Jasseron, une vouivre indépendante et fière avait établi domicile près d'une caverne dont elle gardait l'entrée. Tout le monde, au village, le savait sans jamais l'avoir vue ni surtout surprise pendant son sommeil pour lui prendre l'escarboucle qui brillait à son front. C'eût été, paraît-il, un gage de bonheur pour toute l'existence.

A cette époque vivait à Jasseron une pauvre veuve qui avait bien du mal pour élever ses enfants. Elle gagnait péniblement sa vie à blanchir le linge des gens du village, tout en jeûnant et faisant carême plus souvent qu'à son tour.

Un soir, après de longues heures passées au lavoir, elle s'était laissée choir, brise de fatigue sur une chaise. Et si grandes étaient sa lassitude et son amertume qu'elle s'endormit, son bébé dans les bras.
Lorsqu'elle rouvrit les yeux, la lune accrochait des lueurs aux pointes des bouleaux et des peupliers et les étoiles scintillaient dans le ciel. Mais pour la veuve, cela n'offrait rien d'intéressant ; rien, ni le va-et-vient de quelques passants à cette heure tardive, ni le silence de cette nuit, silence qui semblait plein d'attentes, car c'était la veillée de Noël. La veuve savait qu'elle ne pourrait donner à ses enfants qu'un bien maigre repas et cela l'empêchait de penser à autre chose qu'à sa misère.

Minuit sonna au clocher de Jasseron.

Sommeillant à demi, la veuve se leva et sortit sur le pas de la porte, portant son bébé endormi au creux de son épaule. Elle tendit l'oreille : un bruit singulier lui parvenait et, grandissant, paraissait venir de la caverne de la vouivre, là-bas, à main droite. La veuve pensait aux choses que l'on racontait, en Bresse, en cette nuit de la Nativité : au moment de l'élévation, à la messe de minuit, toutes les bêtes, dans les étables, se mettaient à genoux pour adorer l'enfant-Jésus. Or, ce n'était pas encore le moment de l'élévation.

Presque machinalement, la veuve se dirigeait vers le bruit étrange et elle arriva bientôt devant la caverne. Elle sentit alors ses jambes se dérober sous elle : la pierre qui y donnait accès se déplaçait lentement, virant sur elle-même. Sous la lueur blafarde de la lune, l'entrée de la caverne se dévoilait à présent, et, poussée par dieu sait quelle force ou quelle curiosité, la veuve s'y précipita, portant toujours son bébé dans les bras.

Immobile, les yeux hagards, elle contemplait, sous mille lumières, des bijoux, de l'or par monceaux. Alors, déposant son enfant à terre pour être plus à l'aise, aussi vite qu'elle le put, elle remplit ses poches, retroussa son tablier en forme de panier pour le garnir à son tour...


- Me voilà riche pour le restant de mes jours, dit-elle toute joyeuse. Mes enfants n'auront plus besoin de rien.

Aussitôt, elle entendit un sifflement et vit la fée-serpent qui se dressait et riait.

La veuve fit un bond en arrière, laissa tomber son tablier et tout ce qu'il contenait.

La fée prononça alors ces mots :


- Dans une seconde va sonner le deuxième coup de minuit à l'horloge de la paroisse. Ecoute bien : si tu ne veux pas demeurer ma prisonnière, sors d'ici aussi rapidement que te le permettent tes jambes.


La veuve ne se le fit pas dire deux fois, et, toute tremblante, se retrouva dehors.

Une seconde fois, minuit tintait au clocher de Jasseron. Mais que se passait-il devant la caverne ?

La pierre oscillait avec son bruit étrange, effaçant toute clarté, toute entrée, forme gigantesque et indécise dans la nuit où courait un dernier frémissement.

Ce fut alors seulement que la veuve se souvint : dans l'antre magique était resté son enfant.

Elle se mit à crier comme une folle.


- Laissez-moi entrer de nouveau pour reprendre mon fils que j'ai oublié.

- Trop tard ! Le deuxième coup de minuit est passé
, répondit la vouivre.

- Mais alors que va devenir mon bébé ?

Dans le silence , il n'y eut que le rire de la fée insensible et les sanglots de la pauvre maman.
Celle-ci revint le lendemain. Les jours suivants. Et toujours elle suppliait la gardienne de la caverne de lui rendre son fils.

La porte demeurait fermée par la pierre.


- Ouvrez-moi, répétait la veuve désespérée, qui demandait aussi :

- Comment se porte mon bébé ? S'ennuie-t-il ? Boit-il son lait ?

Parfois, la vouivre lui répondait par un sifflement moqueur, lui signifiant qu'elle n'aimait guère les importuns.

Un jour, la veuve eut l'idée d'apporter du lait.


- Qu'ai-je besoin de cette boisson ? dit la fée.

- C'est pour nourrir mon fils.

Et la fée prit le lait.

Ce ne fut que l'année suivante, à la Noël, que la veuve put pénétrer à nouveau dans la caverne aux trésors.
La fée lui dit :


- Que cherches-tu ?

- Mon fils.

- Tiens-tu beaucoup à le revoir ?

- Je donnerais ma vie pour lui...


Et les yeux éblouis de la veuve virent alors l'enfant, plein de beauté et de force. Riant et pleurant à la fois, elle le pressait contre elle, mais la vouivre lui recommanda :

- Sors d'ici au plus tôt, car le deuxième coup de minuit est sur le point de sonner au clocher. Ta maternelle insistance m'a touchée, et j'ai pris soin de ton enfant, mais....

La veuve n'entendit pas la suite, car elle était déjà dehors avec son fils, son plus cher et son seul trésor.
En évoquant cette légende devant ses petits-enfants, le grand-père avait dans les yeux une immense tendresse. Sa figure, tannée par le soleil et la bise, se ridait un peu plus et personne ne doutait que lui aussi aurait tout donné si pareille aventure lui était arrivé.


***
Contes et légendes du Lyonnais, de la Bresse et du Bugey

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saint-remy.cultureforum.net
 
BRESSE - BUGEY - La vouivre de Jasseron
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La vouivre
» La Vouivre...
» La Plagne 73 ou Bourg en Bresse 01 [Ajouté]
» Légende sur la Vouivre
» [Battle] vouivre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Domaines de la Comtesse LedZeppelin :: Bibliothèque :: Livres :: Contes et Légendes du Lyonnais Dauphiné-
Sauter vers: